Sandwiches au concombre comme au Ritz ou presque

La recette est longue comme un jour sans pain, mais les sandwiches, rapides à préparer!
Il faut couper la croûte…
…puis partager les sandwiches en deux

Recette de ces si délicats, si tendres, si frais petits sandwiches

La veille, acheter du vrai pain de mie un peu serré si possible.
A faire couper par le boulanger, mais les tranches sont souvent trop épaisses ou par vous le lendemain (opération parfois délicate quand le pain est encore frais)

• Sortir le beurre à l’avance pour qu’il soit mou.
• Emincez le concombre le plus finement possible.
• Faites dégorger les tranches avec un peu de sel et quelques gouttes de vinaigre pendant 15  minutes environ
• Rincez-les, pressez-les et déposez-les dans une assiette, rajoutez du sel si nécessaire et encore une goutte de vinaigre.
• Beurrez les tranches sur les 2 faces et déposez 2 couches de concombre sur une face.
• Refermez et appliquez une ferme mais délicate pression sur le sandwich avec la paume de la main
• Coupez les bords. Un grand couteau à découper vaut mieux qu’un couteau à scie qui déchiquète le délicat sandwich.
• Recouper le sandwich en deux.

Résultat:

Des canapés raffinés, à déguster en deux petites bouchées.
J’en ai parfois préparé pour des amis malades et apporté à l’hôpital. Ils en gardent le souvenir…
Pour cette occasion, il faut envelopper avec amour chaque petit sandwich dans un morceau de papier sulfurisé qui conservera le mieux la texture des sandwiches.

Ils peuvent se conserver dans leur papier 24 h au réfrigérateur.
Sinon, les dresser en quinconce et les garder jusqu’au moment de les servir, couverts d’un torchon légèrement humide.

Cet modeste emballage intrigue le malade et lui ouvre l’appétit …

Origine de la recette:

The London Ritz book of afternoon Tea, écrit par Helen Simpson (1986 Ebury Press, London).
Il apparait que les afternoon tea de l’époque edwardienne devaient absolument commencer avec ces emblématiques petits canapés.  » Le sandwich au concombre est l’aristocrate du plateau de thé, frais, gracieux, impeccable  » écrit Oscar Wilde.
Le principe de la recette, c’est que le pain doit avoir la finesse d’une feuille et la tranche de concombre être transparente.

Une longue digression un peu lyrique pour un petit sandwich, mais la cuisinière l’aime bien.

NB: Parfois je glisse une feuille d’estragon entre deux tranches de concombre. 

Version biscotte du 13 juin 2018

 

Imprimer la recette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.