La bonne cuisine
du covid 19

JOURNAL DANS LE JOURNAL

Voir la page du menu du 17 mars 2020.
Quant à la date du 20 mars, premier jour du confinement
elle se trouve en bas de la page sur laquelle vous êtes !

Vendredi 19 juin 2020

La cuisinière est-elle la seule à rechigner parfois à se mettre aux fourneaux, se lancer dans l’exécution de plats élaborés, faire des gâteaux, chercher des recettes nouvelles? C’est un paradoxe, mais comme aux premiers jours du confinement, vive les « provisions de ménage » ! ( voir plus bas la page du 20 mars)

Achat de ravioles qui se conservent et ou se congèlent, de saucisses italiennes au fenouil à cuire (sous vide), de saucisson sec pour se faire des sandwiches, de Parmesan…

…… les jours ont passé

Vendredi 15 mai 2020

La cuisinière a rempli son caddie de bonnes choses au marché, (aussi pour faire plaisir aux commerçants)…Mais certains jours, on se prend à rêver de diète, de régime zéro tout, de jeûne.

Ça ira mieux demain

Ça ira mieux demain.

Mardi 12 mai 2020

Le marché de la place est ouvert à nouveau. Tous les commerçants ne sont pas là, mais j’ai constaté avec un immense plaisir que « les miens » sont présents. De vrais retrouvailles pour tous. « Vous nous avez manqué » et réciproquement était le cri du cœur qu’on entendait dans les travées.
Retrouvées les salades reine des glaces, les multifeuilles, les petits pois minuscules tendres et sucrés et même des branches de sureau pour faire du jus. Des bonheurs simples…

… DIMANCHE 10 MAI 2020

Un souvenir ? Dans le cas contraire il faudra en préparer un autre à la date d’un nouveau décret

Mais tant que ni les cantines, ni les restaurants etc. n’ouvriront pas leur porte, on va continuer à préparer des sandwiches, des pâtes, des œufs, parfois des bons petits plats. Et pratiquer la cuisine du « pas de la porte… » c’est à dire déguster des pizzas, des couscous, des croque-monsieur etc. et parfois de grands plats remis en mains propres par les cuisiniers de nos quartiers à qui nos visites donneront du baume au cœur.

Mardi 28 avril 2020…

Après 39 jours du Journal dans le Journal, la cuisinière va n’alimentera plus quotidiennement la rubrique  » La bonne cuisine du Covid 19« .
Certes il va falloir continuer pour un certain nombre d’entre nous à faire la cuisine 2 fois par jour et 7/7, jusqu’au 11 mai et plus tard peut-être. Mais s’approvisionner pose moins de problèmes, la plupart des magasins d’alimentation ont rouvert et presque tous les restaurants vendent des plats cuisinés. On peut aller acheter du couscous, de la brandade, des pizzas …

D’ailleurs, la cuisinière (abritée sous un parapluie) y court!

Lundi 27 avril 2020

Pas d’achats, réfrigérateur et congélateur se vident. Bientôt il ne sera plus nécessaire de faire des provisions. Vivement l’ouverture du marché, ce lieu de convivialité essentiel.

Dimanche 26 avril

Pas d’achat, pas de commentaire frivole, vous pouvez passer…

Samedi 25 avril 2020

Tous les primeurs de la rue commerçante sont maintenant ouverts.
Achats: épinards, pak choy, champignons de Paris, clémentines, saucisson au fenouil, spaeck, gorgonzola et…

…du thym et du romarin en pots. C’est aussi une provision de « ménage »

Vendredi 24 avril 2020

Quelques achats pour éviter de sortir samedi: un turbotin, des crevettes grises, des bulots cuits, des fraises, des oranges, des clémentines, de la menthe (faire un taboulé, puisque c’est l’été…)

…et acheté un bocal de pois chiches qui ne trouvera pas sa place, dans le confinement des provisions venant juste d’être triées…À propos des pois chiches voir aussi cette recette vegan

Jeudi 23 avril 2020

De plus en plus de restaurants du quartier vendent de bons plats cuisinés, on attend à la porte.

Achat: des amandes à grignoter

Mercredi 22 avril 2020

Pas d’achat

Mardi 21 avril 2020

Après. Quel expert verra la différence? Goûté à tous les poivres, à toutes les épices en poudre, la plupart ayant perdu leur arôme. Résultat: des picotements dans la gorge, mais ce n’est pas l’ennemi invisible…
Et maintenant il faut ranger les achats du jour

Deux trouvailles:
Des pêches! et le dernier ruban d’élastique sur le présentoir, destiné à coudre l’accessoire indispensable…pour aller faire des achats.
Le petit pot couché à côté de la sauce soja: du beurre de cacahuète, un pêché mignon inavoué de la cuisinière.

Lundi 20 avril 2020

Avant. Cette fois, c’est le bon jour. La cuisinière va faire le tri… Pendant le Covid 19, c’est rangement planétaire…

Dimanche 19 avril 2020

Achats: Pain, brioche (une commande pour une voisine) chez un nouveau boulanger, 1 grenade, 3 pommes, des noix

Il avait des oreilles de chat, la cuisinière n’a pas pu résister. On s’occupe comme on peut.

Samedi 18 avril 2020

Achats: la livraison du primeur du marché

Quelques idées de cuisine à faire avec des enfants en ce moment:

Des gnocchi (de semoule et de pommes de terre), des macarons, ratés ou pas, une charlotte aux fruits et des sandwiches aux fraises ou aux framboises, un Eaton mess.
Quand le temps des cerises et des petits fruits rouges sera venu (et peut-être déjà la timide sortie du tunnel), des cerises au glaçage royal et de la gelée de groseille à froid. Et du sucre de rose (sur la photo).
Au cas où le confinement dure jusqu’en…septembre, des raisins cristallisés. Et en décembre 2020: vive la glace à la neige !

Pour l’instant, c’est la saison des petits pois, et les écosser, ça, c’est sans danger!

Vendredi 17 avril 2020

Acheté à la sauvette dans la rue, si parfumé et si précoce, un grand bonheur…

Jeudi 16 avril

Frottés d’ail, ces croûtons séchés d’un reste de baguette feront merveille cachés dans une salade frisée (pas plus d’un croûton par salade) ou une soupe à l’oignon. La vraie cuisine des restes…

Achats, chez un primeur qui a ré-ouvert dans la rue piétonne, ça fait plaisir: pomelos, clémentines, avocats.
Et passé une commande à celui du marché, qu’il faut soutenir.

 

Mercredi 15 avril 2020

Retour des courses: le chantier. On laisse tout dehors quelques heures, comme il est conseillé. Les sacs en papiers font partie de la collection de la cuisinière. À l’arrière, des biscuits à la cuiller et de la superlevure. Au premier plan, les fruits qui ressemblent à des abricots sont des nèfles du Japon

Mardi 14 avril 2020

Un problème est survenu…

Lundi 13 avril 2020

Aujourd’hui pas d’achats. Il faut soulager le congélateur…pour le remplir si on rempile jusqu’en mai…

Dimanche 12 avril 2020

Achats: pâtes (gnocchetti et orechiette), spaeck, saucisson au fenouil, thon en boîte, pains.

Les pains à la farine de blé khorasan partent si vite en ce moment, d’autant que la boulangerie ferme à 13h, qu’ils n’ont pas le temps de refroidir pour être tranchés. Et le moment est malvenu de se trancher un doigt en découpant le pain pour le congeler.

Samedi 11 avril 2020

Achats: 1 chèvre frais et 1 camembert plâtreux à cœur comme m’a annoncé le fromager: à affiner donc dans le bac à légumes…

…et ceci. Plus facile à trouver sous un cerisier en fleurs qu’ au milieu des chaussettes.

Vendredi 10 avril 2020

Achats: figues sèches, corn flakes, fraises, pamplemousse, oranges, clémentines, pousses d’épinards, première rhubarbe, 1 petit chou-fleur…

…et des mini betteraves cuites sous vides ( bio…): une bonne réserve pour confinés du mois d’août.

Jeudi 9 avril 2020

Achats, masquée: pain korasan (1 client à la fois chez le boulanger), ravioles à congeler, beurre, sucre roux, sirop d’agave (pour essayer la recette de mousse au café à base de tofu de Camille Oger « Tofu, l’anthologie » ). C’est tout.

Cette année pas de pic-nique sous les…

Mercredi 8 avril 2020

Achats: 250 g de fraises, 1 mangue, 1 petite botte de minuscules asperges (jeté 1/4, dont la pointe était pourrie…le marché nous manque), 1 fromage de chèvre, 250 g de crème fraîche, 6 œufs bio et du fromage pour monsieur Amhed, le sdf assis à côté de la fromagerie.

…et de quoi éviter de se ronger les ongles jusqu’à l’os devant nos écrans. Dans un magasin ultra sécurisé: la pharmacie

Mardi 7 avril 2020

Une journée pour rêver d’ailleurs

Lundi 6 avril 2020

Aujourd’hui pas de sortie, pas d’achats.

 » …En passant par Monza devant une boutique ouverte où des pains étaient à l’étalage, il en demanda deux, pour ne pas se trouver dépourvu, quoiqu’il arrivât. Le boulanger lui ordonna de ne pas entrer et lui tendit sur une palette, une petite écuelle, contenant de l’eau et du vinaigre, où il lui dit de jeter l’argent; cela fait, il lui tendit avec des pincettes, l’un après l’autre, les deux pains, que Renzo mit dans sa poche. »

Extraits des « Fiancés » de Manzoni, écrit en 1840.
L’action se déroule en 1630, la maladie qui s’y est répandue c’était la peste.
Le lieu, c’était la Lombardie, en Italie du nord, comme maintenant. L’achat du pain chez le boulanger, l’interdiction de franchir le seuil, le dépôt de l’argent « proprement »: les procédures n’étaient guère différentes de ce qui nous arrive…
Nous ne sommes plus au 17 ème siècle. Les chercheurs ont le nez dans leurs éprouvettes pour mitonner la recette du vaccin de ce fichu coronavirus. Dans quelques mois il sera sur le feu.

Dimanche 5 avril 2020

Achats: pommes, poires conférences, flocons d’avoine et une poignée de petits pois, décidément bien précoces. La cuisinière attendra que revienne le maraîcher du marché pour acheter des petits pois tendres et faire un dessert avec…

Samedi 4 avril 2020

La livraison du marché est arrivée

Retiré tous les emballages: corona fallait-il, fallait-il pas?
Déposé fruits et légumes sur le balcon pendant 1 heure au moins: corona fallait-il, fallait-il pas?
Lavé mains avant et après: corona, oui il fallait !

Dégivré et listé le contenu du congélateur, oui il fallait !

Vendredi 3 avril 2020

Achats: 6 œufs coque et un carton de fraises.
Un excellent produit de charcuterie qui se conserve bien: la saucisse de Morteau ou de Montbéliard, à accompagner d’une purée de pois cassés

La commande pour la livraison du primeur du marché, demain.
Le brouillon bien sûr

Jeudi 2 avril 2020

Achats: Un gros morceau de dos de cabillaud (à congeler en partie), du tarama et un paquet de 2 grands filets d’anguille fumée (pour un jour de fête… mais ça se garde)
La plupart des boutiques ferment maintenant entre 14 et 15 h

Bon plan et bonne surprise pour soutenir les marchés: un de mes primeurs favoris sur la place, fermé depuis quinze jours, peut livrer ! (j’ai retrouvé l’addition, sur laquelle figurait ses noms et n°de mobile)

Quelques figues sèches devant l’écran, peuvent faire passer l’envie de chocolat, nougat et autres fraises tagada. Un cerneau de noix glissé dans la figue: miamiam

Mercredi 1 avril 2020

Pas d’achats. La cuisinière utilise les restes plus que jamais, essaye de ne rien gâcher, fait des recettes simples comme s’il fallait apprendre à se restreindre, alors que rien ne manque sur les étals de son quartier. Une sorte de scrupule à faire des gâteaux qui réclament beaucoup de beurre et de crème…

Une idée de comestible qui se conserve: le haddock
Deux recettes de pâtes simplissime: macaroni au gratin et pâtes au citron.
Des ravioles de Rians à congeler.

Mardi 31 mars 2020

Aujourd’hui pour éviter de s’arracher les cheveux…
…et de saturer le réseau, un bain glacé réinitialisera les neurones de la cuisinière.

« … Napoléon, privé depuis Malmaison du bain qui lui était si nécessaire, vit – la baignoire (…une grande auge de chêne garnie de plomb qui ressemblait à un cercueil) avec une véritable joie. Il y demeura plus d’une heure, causant avec La Cases, à qui il proposa de venir se baigner à son tour le lendemain.
Le petit homme se récriant: – Mon cher, lui- dit-il, en prison il faut s’entraider. Je ne saurais occuper cette machine tout le jour, et ce bain vous fera autant de bien qu’à moi »
Sainte-Hélène, Octave Aubry, Flammarion, 1935

Demain, retour à la cuisine…

Lundi 30 mars 2020

Achats: oranges et salade

« Provision (économie domestique): ensemble de choses nécessaires ou utiles, destinées à une consommation d’un genre quelconque. Aller aux provisions ou les commander, les recevoir, les ranger et les conserver  est une des occupations essentielles et des préoccupations, de la bonne ménagère… »
Larousse ménager 1926, page 1006

La cuisinière avait fait provision de 2 « choses nécessaires ou utiles, destinées à une consommation d’un genre quelconque » : du saucisson et du pâté de campagne ( + des cornichons)

Dimanche 29 mars 2020

Ce livre écrit en 1940…

…est rempli de conseils à suivre après l’épidémie !

 » …Si après le repas, il reste encore une croûte (de pain) sur la table, celle-ci doit être mise soigneusement de côté.Toutes les croûtes sèches réunies, doivent être, tous les quinze jours, réchauffées au four, sans pour cela être brunies par la chaleur. Une fois réchauffées, elles seront écrasées sur une table de bois, à l’aide d’une bouteille cylindrique. La poudre obtenue sera tamisée sur une passoire à grands trous. Ce qui reste sur la passoire sera de nouveau écrasé et retamisé. On obtient ainsi, une chapelure blanche…elle servira à faire de la pâtisserie ou des potages.  »
Édouard de Pomiane, professeur à l’Institut Scientifique d’Hygiène alimentaire
1/On peut parier que contrairement aux tristes circonstances où ce livre a été écrit, la durée de l’épidémie ne nous laissera pas le temps de faire une grande provision de chapelure.
2/ Recherche en cours pour trouver la recette de pâtisserie où il est fait usage de cette chapelure …

Achat: 1 brioche et des chouquettes à « livrer »  (sur le formulaire, case: assistance à personne vulnérable)

Samedi 28 mars 2020

Achats: 1 baguette, 1 tranche de fromage à raclette, 1 barquette de fraises et, dans une boutique regroupant des producteurs acheté des bettes, des pommes, des champignons de Paris, de la truite fumée.

Et ce bouquet de sauge qui me manquait pour un des menus du week end?

…dernière de la file devant un primeur où je ne suis pas régulièrement cliente, j’ai timidement demandé au patron qui déballait les cageots  » auriez-vous de la sauge? » « Oui, c’est tout ce qu’il vous faut? » « Oui ». Il soulève un cageot, me tend un bouquet. « Je vous dois combien? » « Je vous le donne »… C’est ça aussi la vie au temps du coronavirus.

Vendredi 27 mars

Quelques magasins semblent avoir tiré le rideau de fer: le charcutier traiteur et deux primeurs asiatiques bien sympathiques.

Achats à 9 heures: oranges, un pain de mie carré, un paquet de germes de blé- la levure manquait), des goji séchées (il parait que c’est bon avec le porridge à faire un jour) du Gorgonzola, des coques, 1 rouget barbet (ce mois-ci, le prix du poisson est très bas, les pêcheurs sonnent l’alarme), 1 tranche de pâté de campagne chez le boucher, et 2 paquets de surgelés: pommes de terre pour la purée d’un éventuel hachis Parmentier et des fruits rouges pour un crumble.
A congeler: le pain de mie pour les déjeuners de sandwiches, la tranche de pâté et les coques:

Bien fraîches, elles faisaient des bulles dans l’évier. Après cuisson, je les ai entreposées au congélateur pour de futurs spaghetti aux coques. Parce que les pâtes sous toutes leurs formes seront souvent à l’honneur ces temps-ci…

Jeudi 26 mars 2020

Depuis hier, sur l’attestation de déplacement dérogatoire, il faut noter l’heure de départ de chez soi.
Quelques achats dans la rue commerçante que la cuisinière a la chance de trouver à proximité:

Tomates en grappes pour faire une sauce, un bocal de cornichons pour accompagner la suite du pot au feu, 1 avocat, du saucisson au fenouil (très commode comme « conserve », un bouquet de menthe (pour quoi?), une baguette à congeler en partie, des noix à grignoter devant le poste au lieu de se ronger les ongles…

Et surtout de la polenta bramata pas instantanée! On trouvera bien le temps de la faire cuire dans les règles de l’art…

Le menu du 24, on se détend comme on peut

Mercredi 25 mars 2020

Tous les achats à monoprix vers 13h30.
Merci aux vigiles qui régulent la circulation à l’entrée.

Alimentaire (le reste ne fait pas partie du contenu d’un blog de cuisine!) : 1 paquet de farine, 1 paquet de sucre, 1 bouteille d’huile d’olive, 1 plaque de beurre, 4 citrons, 1 barquette de fraises, 1 boîte de crème de marron, 2 yaourt grecs. Pour le moral: 1 brioche chez le pâtissier et des petits œufs de Pâques en chocolat emballés dans du joli papier doré (cachés pour l’instant)

Au retour, lavage de main, et lavage de main après avoir sorti les achats et avant usage, lavage des citrons et des fraises bien sûr. Ces précautions suffisent-elles?

Mardi 24 mars 2020

Précision: la charlotte aux fraises est une recette à faire avec les enfants, nul risque de brûlure ou de blessure!
Inquiétude honteusement mineure…Point de lait pour faire le soufflé! Mais bon sang c’est bien sûr! Comme pour ma sauce béchamel habituelle, j’ai versé de l’eau au lieu de lait et ajouté une grosse cuillerée de crème fraîche dans le fromage qui fondait. Résultat parfait pour une première.

Aujourd’hui, c’est fini: plus de marchés…Une pensée pour les agriculteurs et toute la filière du commerce ambulant.
Achats du jour:
Radis (feuilles flétries), 1 petit ananas, 1 livre de clémentines dont 1 pourrie, mais du bon pain Korasan, des yaourt grecs et des meringues en cas de manque…

Lundi 23 mars 2020

Acheté du Comté pour faire un soufflé, c’est tout.

mais quelques problèmes de réseau aujourd’hui…

Dimanche 22 mars 2020

Le pot au feu (recette ajoutée en tête) et le bouillon étaient succulents. Les restes seront bienvenus.

Une promesse de bonheur

Achat du jour: baguette, saucisson, moutarde, Parmesan, figues sèches et biscuits à la cuiller pour une future charlotte aux fraises

Samedi 21 Mars 2020

Les jours semblent des siècles: les consignes se durcissent.
Les marchés vont peut-être fermer et il n’est pas recommandé de sortir faire ses courses tous les jours. D’ailleurs la cuisinière n’a pas fait d’achats. Il y a du pain au congélateur.

Au menu de midi de cette fin d’hiver, la cuisinière mangera souvent et simplement:
• Une soupe (elle en a plusieurs au congélateur et sur le blog): en voici une une autre, et une plus longue à préparer.
• Une salade, vous en trouverez, je pense à votre goût parmi les 69 salades simplettes.
• Du fromage
Et pourquoi pas du pain perdu, un vrai avec de l’œuf qui « tiendra au corps »? ou un comme ça
Ou bien une banane écrasée ou en rondelles comme les enfants- saupoudrée de cannelle? ou un faux mont-blanc?

Suite de quelques achats à prévoir, thon, sardines, crème de marron, miel.…

VENDREDI 20 MARS 2020,
1er  jour du confinement

En vrac, d’abord quelques idées que vous avez forcément eues.

• Vider le congélateur pour le remplir à nouveau.
Passer en revue le contenu du placard à provisions (opérations que la cuisinière, le nez sur son blog n’a pas encore trouvé le temps d’exécuter)
Faire un petit marché quotidien (?) pour acheter des produits frais. Une nécessité et un exercice autorisé !

Quelques emplettes de base à engranger en cas de confinement un peu long (et quelques liens sur le blog):

• Légumes secs (bien que le soleil brille) : lentilles, pois cassés, pois chiches secs ou en boîte, semoule de couscous, semoule de blé fine (pour faire des gnocchi à la romaine), polenta (cuisson rapide). Riz (ça vous en avez sûrement).

Lentilles Beluga

• Pâtes en tous genres. Il existe des dizaines de formes rigolotes qui amuseront les enfants: papillons (farfalle), escargots (lumache), coquillages (conchilie), hélices (eliche), sifflets (zitti) et autres macaroni.
Voir la recette des gnocchetti au pesto de cresson (très simple)
• Des biscottes, du pain d’épices
• Des fruits secs (amandes, noisettes, noix à grignoter devant un film), des flocons d’avoine, des graines en tous genre, des chips, du thon en boîte, des sardines, du chocolat noir

…Mais aussi des légumes et des fruits

Voici les légumes du jour achetés (au marché…jusqu’à quand ?)

…et la recette d’un pot au feu (de queue de bœuf) à faire d’avance, pour plusieurs jours. Avec ce plat typique d’antan, vous obtiendrez une délectable quantité bouillon à consommer chaud ou froid et j’espère, des restes (à congeler) pour préparer un hachis Parmentier, ou une salade parisienne.

J’ai aussi acheté des fruits qui se conservent, des pommes pour des compotes (à congeler) et des agrumes pour faire une salade d’oranges…

Avec quelques fraises

J’oubliais, dans mon cabas il y avait aussi du saucisson italien au fenouil (pour manger des sandwiches, comme avant !) et des ravioles à congeler…

La cuisinière aurait aimé acheter des fleurs au fleuriste du marché. Pas de fleuristes ni de premières fleurs printanières. Parce que les fleurs ne sont pas considérées comme un produit de première nécessité..Mais voilà qu’un fleuriste s’apprêtant à fermer boutique a offert aux passants ses dernières réserves.
Le malheur des uns a fait le petit bonheur des autres.

À demain…

Merci à tous ceux qui travaillent (entre autres) pour nous nourrir…